Paula Scavazzini

Date de publication : 03/10/2018
Date de modification : 03/10/2018
  • Emplacement: São Paulo, Brésil
Paula Scavazzini

Je suis une jeune artiste plasticienne brésilienne, de São Paulo, je suis diplômé en arts visuels et en éducation artistique, en plus d’avoir étudié deux ans d’Architecture et d’Urbanisme.

Je cherche une résidence d’artiste, à Paris ou dans les villes voisines, afin de poursuivre mon projet artistique, concernant la recherche sur la relation entre peintures et gravures rupestres découvertes dans les grottes préhistoriques françaises et dans certaines peintures post-impressionnistes.

Propositions artistiques en échange de la résidence (oeuvres, cours, ateliers, dîner, concert...) : Oeuvres et cours de peinture.
Description du lieu recherché (nature, urbain, autre) : Urbain (Paris).
Quels sont vos projets de résidence ? : Le projet consiste à poursuivre mes recherches artistiques concernant la relation entre les peintures et les gravures des grottes préhistoriques françaises et certaines des peintures post-impressionnistes et, à partir de cette recherche, continuer à développer des œuvres d'art telles que des peintures, des sculptures, des dessins et des installations.
Site web professionnel : http://paulascavazzini.com/en.html
Description du type d’espace de travail souhaité (bureau, atelier, salle de répétition…) :

Annonces similaires

  • Artiste Peintre International
    Artiste Peintre International
    Arts visuels - São Paulo (Brésil) - 28/10/2018

    Bonjour, Je suis un artiste peintre français, je cherche un endroit décent pour continuer a exercer mon art. J'évoque les objets petit a petit pour en dégager un état d'âme. Plus précisément, je compose des poèmes que je traduis par des formes transposées sur la toile ou le papier. Mes techniques de prédilection sont l' aquarelle, le fusain, la craie, toute matière volatile qui me permette d'évoquer un sujet en sfumattos. Suggérer, voilà le rêve.

  • CORPS /photographie (video) Danse, Laque, Textile
    CORPS /photographie (video) Danse, Laque, Textile
    Arts visuels - Paris (France) - 12/08/2019

    " Louise Dumont, née en 1990 à Guéret en Creuse, vit et travaille à Paris. Membre du collectif Action Hybride. Artisan laqueur, diplômée de l’Ensaama, Louise travaille avec son œil et ses mains, couleurs et effets, profondeur et brillance, sensualité et richesse. Si son métier consiste à restaurer les antiquités asiatiques, sa photographie pourrait faire allusion à la technique japonaise qui, en sublimant les fissures de céramiques par une réparation visible et ornementale au moyen de laque et de poudre d’or, met en valeur leurs histoires. Symbole et métaphore de la résilience, l’art du kintsugi invite à reconnaître la beauté qui réside dans les choses simples, imparfaites, et atypiques. Sensible à l’œuvre d’Antoine d’Agata, Berlinde de Bruyckere et Francis Bacon, le corps - nu, brut - est au cœur de son motif photographique. La chair comme matière et l’ombre pour sculpter. Louise Dumont scrute, entaille, détaille, met en lumière des particularités épidermiques, que certains appelleraient imperfections ; cicatrices, cellulite, vergetures, rides, hématomes, éphélides… En s’approchant au plus près et/ou en bouleversant la lecture originelle de l’image, elle aime tendre vers l’abstraction. Désir que l’œil se trouble, se perde dans un amas de tissus, de muscles et de graisses, que les organes deviennent indéfinissables et le genre imprécis. Avec ses corps sans visage, créatures aux formes et aux couleurs propres, charnus ou squelettiques, titanesques, flexibles et meurtris, à la peau opaline ou mordorée, elle se crée une espèce d’identité universelle, un corps commun dans lequel chacun.e peut se projeter. Un corps aux milles histoires. La chair mise à nue, photographiée, noème du « ça-a-été », se veut aussi garante poétique de l’égalité face à la mort, tel un memento mori. Rarement pratiqué à visage découvert, l’autoportrait est récurrent dans son travail. Elle use de procédés tels que masques, maquillage-camouflage, textures. Cet exercice se caractérise souvent par un jeu du hasard et des métamorphoses. Cette alchimie entre danse et lumière stroboscopique - qui permet en quelque sorte de saisir le mouvement au vol et ainsi de multiplier ses « moi » –, calculs et abandon, spontanéité et patience, résonne comme une sorte de transcendance, vestige presque immatériel de son passage terrestre. Ses images se sont greffées à des expositions collectives en France et à l’étranger, notamment à Paris, Berlin, Dublin, Livourne, Venise aux côtés d’œuvres d’artistes tels que H.R Giger et David Lynch."

  • Cherche Ressourcement
    Cherche Ressourcement
    Arts visuels - Sherbrooke, Québec (Canada) - 05/08/2019

    1. Depuis quelques années, mon champ d’investigation privilégié se situe dans la nature. J’aborde la nature comme un outil au spectre large, un territoire me permettant de questionner l’art et la nature humaine dans ses paradoxes et ses abîmes. Le contexte où se déploie et évolue l’art est pour moi primordial. Le contexte favorise un lieu, des individus et des faits dans une proposition artistique que je nomme « rencontre ». Cette rencontre – qui peut prendre moult formes – invite à une action ludique et créative de la part autant de l’artiste que d’un public participatif. Ces rencontres peuvent évoluer à l’intérieur ou hors du milieu de l’art, dans la nature, dans un centre d’exposition ou dans la rue.